Un peu plus d’un mois après la première rencontre d’information, quelques discussions avec la CDR et le propriétaire du local ainsi que de nombreux appels entre les cofondateurs, il me semble qu’il est grand temps de vous mettre aux faits de l’avancement du projet.

Retour sur la séance d’information

Plus d’une vingtaine de personnes se sont présentées à la première séance d’information que nous avions organisée avec la collaboration de M. Laflamme (propriétaire du local). L’idée était de concrétiser le projet, que les personnes intéressées puissent voir l’endroit et participer à la discussion. Plusieurs idées et suggestions ont été mises sur la table… tellement que la soirée s’est allongée jusqu’à ce que le manque de lumière nous chasse de l’endroit. Ce fut un succès.

Cette activité nous a permis de mieux ficeler le projet, de mieux le définir. Nous cherchions le dénominateur commun. Nous voulons être pertinents et bénéfiques pour le plus de travailleurs autonomes et de micro-entreprises possible.

Nous (les six membres fondateurs de la coopérative: Pascal, Guillaume, Pierre R., Frédérick, Pierre L. et Esther) en avons également profité pour signer les papiers de constitution du Gouvernement.

L’AGO et le premier CA

Mardi dernier, bien installés sur une véranda à Bromont, pas trop loin du centre équestre et du Balnéa, nous avons tenu l’assemblée générale d’organisation de Noburo qui officialise en quelque sorte le début des activités de la coopérative. Cette étape était nécessaire pour élire les administrateurs (le CA) et adopter les règlements généraux.

Un par un, nous avons parcouru les règlements. Nous avons d’abord tenu l’AGO et ensuite le premier CA. Après de nombreux « proposé par » et « secondé par », quelques épis de maïs et une tarte au sirop d’érable des Désirables dont je vais me rappeler longtemps, la coop a désormais tous les outils pour fonctionner normalement et selon les règles.

L’effet coop

Lorsque nous étions que deux avec Pascal, l’idée initiale était d’incorporer une entreprise qui allait réinvestir tous ses profits. Bien franchement, nous n’étions pas chauds à l’idée de créer une coopérative. La paperasse et la gestion au quotidien nous semblaient très complexes et les soucis que tout ça allait amener étaient la dernière chose dont nous avions besoin en tant qu’entrepreneurs.

La venue de Pierre R. et de Frédérick dans le projet a amené une tout autre dynamique. Le support de la CDR et la vision très entrepreneuriale du CLD Haute-Yamaska nous ont convaincus de basculer vers une forme juridique qui permettait aux gens d’y mettre du leur en ayant l’impression de contribuer à un projet qui leur appartient.

Après quelques mois à vivre le modèle coopératif, je trouve ça plutôt impressionnant de voir l’engouement des gens pour ce projet. Plus tu t’impliques, plus ça te ressemblera. C’est quand même le fun comme concept :O)

Voilà les nouvelles pour aujourd’hui…



Laisser un commentaire